Alliances & Vœux

Publié le

 
Le  concept suivant à saisir pour la compréhension biblique du Mariage est ce que la Bible enseigne sur les Alliances et les Vœu

A. LES ALLIANCES

 

Le Dieu d’Abraham est un Dieu qui fait des Alliances.

Il a conclu une Alliance universelle quand Il a installé l’Arc-en-ciel qui attestait que, plus jamais, la Terre ne serait détruite par l’eau. Par ce signe d’Alliance, nous savons que Dieu S’est engagé à ne plus jamais détruire la Terre par l’eau, Il l’a dit ! Dans l’Histoire, diverses alliances ont été conclues entre les hommes :

 

1. Alliance de sel

Une de ces alliances est l’Alliance de Sel. Quand deux personnes entraient en Alliance et désiraient le concrétiser, elles utilisaient du sel, appelé Sel de l’Alliance : chacun prenait une pincée de sel de sa propre salière et la déposait dans celle de l’autre.

La seule possibilité de rompre cette Alliance - qui venait d’être conclue - était de pouvoir séparer les grains de sel, qui venaient de se mélanger, de ceux de son partenaire d’Alliance. C’était une Alliance de lien.

 

2. Alliance de Sang

Une Alliance d’un autre type a été faite entre Dieu et Abraham. Elle est appelée : Alliance de Sang. L’Alliance de Sang ne pouvait être brisée que par la mort de l’un des partenaires d’alliance.

A cause de cela, Dieu n’a pas été le partenaire d’Abraham dans l’Alliance, mais Il a conclu une Alliance avec Lui-même concernant Ses promesses à Abraham. Ensuite, comme c’est une Alliance de Sang, elle ne pouvait pas être brisée jusqu’à ce que Dieu meure ! Je sais qu’il y a quelques années, on a suggéré que Dieu était mort, mais ne le croyez pas. Je communique avec Lui régulièrement et Il est bien vivant !! Ainsi, l’Alliance Abrahamique est toujours en vigueur…

Les hommes aussi ont fait des alliances de sang les uns avec les autres. Ils faisaient un vœu, se faisaient des incisions pour que le sang coule. Ils « joignaient » leurs blessures pour que les sangs se mélangent, et leurs vœux devenaient l’accord de l’Alliance de Sang, qui ne pouvait être brisée que par la mort de l’un d’eux !

Une autre caractéristique particulière de l’Alliance de Sang résidait dans le fait que chaque partenaire s’engageait et disait : « Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ! »

 

Note : C’est la raison pour laquelle Dieu a testé Abraham avec son fils Isaac, pour voir s’il avait vraiment la volonté de remplir le contrat d’Alliance. Genèse 22, 1-18

 

 

B. LE MARIAGE EST UNE ALLIANCE

 

L’Alliance de Mariage est comme une Alliance de Sel et de Sang et elle reste en vigueur jusqu’à ce que l’un des partenaires meurt.

- L’Alliance de Mariage est similaire à une Alliance de Sang, dans le sens où les partenaires s’impliquent en disant : « Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ! »
- C’est la même chose que pour l’Alliance de Sel. Dans cette Alliance, les partenaires ne pourront jamais séparer les grains de sel appartenant à chacun d’entre eux. C’est une Alliance inviolable.

Ces deux alliances peuvent être brisées, mais seulement par la mort de l’un des partenaires.

Il y a beaucoup de similitudes avec l’Alliance de Mariage :

- Les veuves peuvent se remarier, bien qu’elles ne soient plus vierges depuis longtemps, et Dieu reconnaît leur Mariage. La mort est intervenue, et elle seule a la capacité de briser le lien d'Alliance de Mariage.
- Les couples, où l’un et/ou l’autre, par suite d’infirmités, sont totalement impuissants ou stériles, sont bien cependant reconnus comme mariés : leur Alliance perdure jusqu'à la mort.
- Joseph a épousé Marie, Matthieu 1, 24-26, mais n’a pas eu de relations sexuelles avec elle jusqu’à ce que Jésus fût né. Ils étaient reconnus même par Dieu comme mari et femme, c’est-à-dire « Une Seule Chair » et unis dans l’Alliance pour la vie.
- Dans la société juive, la « déchirure de l’hymen » qui se passe dans la chambre nuptiale, immédiatement après la cérémonie et les Vœux de mariage, va être la preuve - essentielle pour tout homme juif - que la nouvelle mariée est bien vierge.  Ce n’est pourtant pas la déchirure de l’hymen où le sang  coule, mais bien les Vœux (ou serments) avec le consentement mutuel qui établissent l’Alliance de Mariage.

 

Nous comprenons bien que la parole - ou le verbe - seule a l'autorité et la capacité de valider le Voeu : c'est un engagement dont Dieu est le Témoin. Notre parole a un poids énorme... car nous sommes fait à l'Image de Dieu et Dieu a créé le monde par Sa Parole !

L’apôtre Paul nous dit :

Dans les derniers jours… les hommes seront parjures.
(briseurs de serments)
2 Timothée 3, 3
 

Cela signifie qu’ils s’engageront dans un serment et volontairement le dénonceront.

Dans le chapitre 1 des Romains, Paul décrit la nature de ceux qui, « professant d’être sages… », tourneront le dos à Dieu. Encore et encore, cela est vrai :

Dieu leur a donné…
Romains 1, 26
Dieu leur a donné une intelligence réprouvée
afin qu’ils commettent des choses qui ne conviennent pas…

Romains 1, 28

En décrivant l’aboutissement de la vie de ces gens à cause de leurs choix, Paul définit quelques évidences visibles :

... des briseurs d’alliance sans intelligence….
Qui, tout en connaissant que le jugement de Dieu
sur ceux qui pratiquent de telles choses est la mort,
non seulement font de même,
mais encore trouvent leur plaisir en ceux qui les pratiquent !

Romains 1, 31-32
En contraste avec cela, l’Enseignement de Jésus à Ses disciples est parfaitement cohérent. Il suit immédiatement Son Enseignement concernant le Mariage.
Mais Moi, Je vous dis :
ne jurez pas
 (Parole Vivante dit : ne faites aucun serment)
ni par le ciel,
car c’est le Trône de Dieu,
ni par la terre,
car c’est le marchepied de Ses Pieds,
ni par Jérusalem,
car c’est la Ville du Grand Roi.
Ne jurez pas plus par votre tête,
parce que vous ne pouvez pas faire vos cheveux blancs ou noirs.
Mais que dans votre communication,
votre Oui soit Oui ! et votre Non soit Non !
Car tout ce qui est en plus vient du malin !

Matthieu 5, 34- 37

Pourquoi pensez-vous que Jésus avertit Ses disciples du sérieux des promesses ou des vœux faits à Dieu ?

La Parole de Dieu a beaucoup à dire sur la gravité et l’importance des paroles que nous prononçons.

La mort et la vie sont au pouvoir de la langue…

Proverbes 18, 21
Trop de gens aujourd’hui prennent à la légère l’engagement de paroles. Le résultat est que la nation paie très cher sa légèreté.

On avait rarement à signer un contrat par écrit autrefois.

Si un ami te disait qu’il avait un petit « job » pour toi pour « tant », tu n’avais pas besoin d’un contrat. Une poignée de mains suffisait et on était d’accord. C’était cela l’intégrité, l’honnêteté, la loyauté - mots que nous ne connaissons plus de nos jours. Cela arrive rarement aujourd’hui…

Pourquoi ?

Parce que « …les hommes sont parjures… ».

Cela est vrai non-seulement dans la relation d’homme à homme, mais encore dans la relation de l’homme face à Dieu. Nous avons besoin de connaître ce que Dieu attend de nous quand nous nous engageons dans un Serment ou une Alliance . Alors, nous comprendrons ce que Salomon disait :

« La mort et la vie sont au pouvoir de la langue… »
Proverbes 18, 21

Le dictionnaire définit un vœu comme :

- Une promesse solennelle faite à Dieu.
- Un acte par lequel on se consacre et on se dévoue en action, en service ou par son attitude.
- Une promesse de fidélité ou de loyauté (comme dans les Vœux de Mariage).

La Bible parle des vœux au verset 2 du chapitre 30 des Nombres :

Si un homme fait un vœu, ou un vœu au Seigneur,
ou fait un serment pour lier son âme avec un lien

[c’est-à-dire, si un homme promet à Dieu qu’il fera ou ne fera pas quelque chose],
 il ne brisera pas sa parole,
il fera tout ce qui est sorti de sa bouche.

Nombres 30, 2

Le chapitre 30 des Nombres nous parle d’une jeune fille qui fait un vœu dans la maison de son père.

Si une femme fait un vœu au Seigneur et lie son âme
- étant dans la maison de son père au temps de sa jeunesse -
et que son père entende son vœu,
par lequel elle a lié son âme,
et que son père garde le silence envers elle,
alors son vœu sera valide
et elle accomplira tout ce par quoi elle a lié son âme…

Nombres 30, 3-4

Encore, dans le chapitre 23 du Deutéronome, il est écrit :

Quand tu voueras un vœu à l’ Éternel ton Dieu,
tu ne manqueras pas de l’accomplir,
car l’ Éternel ton Dieu t’en redemandera certainement compte,
et cela serait péché sur toi.
Tout ce qui est sorti de tes lèvres,
tu le feras et l’accompliras,
même pour une offrande volontaire,
selon tout ce que tu as voué à l’Éternel ton Dieu,
que tu as promis de ta bouche.

Deutéronome 23, 21-23
Beaucoup ne sont même pas conscients que les promesses faites à la cérémonie de mariage sont enregistrées et concrétisées par Dieu, l’auteur et le créateur du mariage.

Quand quelqu’un accepte le mariage, c’est comme s’il achetait une « licence d’association exclusive ». Dieu l’a créé, en a établi les règles, en est encore le Ministre au pupitre, et n’a pas abdiqué dans sa capacité et son pouvoir de jugement.

Il a conçu et créé l’humanité, et Il sait que nous sommes des êtres ayant besoin de relations privilégiées et intimes avec une autre personne au milieu de la société. Aussi, Il a établi les liens du Mariage. Quand quelqu’un accepte cela, Dieu le fait devenir « Une Seule Chair » avec son partenaire d’alliance.

S’Il ne faisait pas d’eux « Une Seule Chair » alors leur relation deviendrait fornication, car seulement Dieu peut faire ce miracle lorsque des vœux sont échangés. Lorsque quelqu’un fait une promesse de mariage à une autre personne, Dieu le prend au mot !

Si une jeune femme fait une promesse d’accepter le mariage
et que son père ne la désavoue pas, Dieu la prend à ses propres paroles !

Nombres 30, 2-5
Après avoir appris ces vérités, quelques-uns vont peut-être plaider leur ignorance et dire : « ça a été une épouvantable erreur ! » S’il en est ainsi, ils doivent prendre en compte un autre avertissement de la Parole de Dieu !
Quand tu feras un Vœu à Dieu,
ne tarde pas de l’accomplir
car il n’y a point de faveur pour les insensés.
Accomplis le vœu que tu as fait !
Mieux vaut pour toi de ne pas faire de vœu que d’en faire un sans l’accomplir.
Ne permets à ta bouche de faire pécher tout ton corps !
Et ne dis pas en Présence de l’Ange
que c’était par inadvertance !
Pourquoi Dieu devrait-Il s’irriter de tes paroles et ruiner l’œuvre de tes mains ? 
Ecclésiaste 5, 3-5

Nous trouvons dans le livre des Juges, un exemple scripturaire du sérieux avec lequel un vœu était fait.

Le chapitre 11 relate l’histoire de Jephté le Galaadite, fils d’une prostituée. A cause de la réputation de sa mère, Jephté et sa famille étaient mis au ban de la société hébraïque. Quand les Ammonites ont menacé Israël, les Israëlites savaient que Jephté était un homme de valeur. Ravalant leur fierté, ils sont venus trouver Jephté et lui ont demandé s’il voulait être leur chef dans la bataille. Après avoir mûrement réfléchi, Jephté accepta et se mit en campagne. En chemin, il prononça légèrement un vœu avant d’y réfléchir.

Et Jephté fit un vœu au Seigneur et dit :

Et Jephté voua un vœu à l’Éternel et dit :
" si tu livres en ma main les fils d’Ammon,
 il arrivera que ce qui sortira des portes de ma maison à ma rencontre,
lorsque je reviendrai en paix des fils d’Ammon,
 sera à l’Éternel et je l’offirai en holocauste."
Et Jephté passa vers les fils d’Ammon pour combattre contre eux
et l’Éternel les livra en sa main.

Juges 11, 30-32
Il remporta la victoire.
Jephté n’était pas obligé de faire un Vœu mais il l’a fait.

Beaucoup de gens ont, quelque part dans le passé, fait un Vœu au Seigneur et ils l’ont oublié.

Pouvons-nous vous dire que Dieu ne l’a pas oublié ?

Ces mêmes personnes ne connaîtront jamais la plénitude de joie de la marche dans l’obéissance, tant qu’ils ne feront pas demi-tour pour s’occuper de leur Vœu comme Jephté l’a fait.

La Parole du Seigneur dit que cela n’est pas arrivé de cette façon : voilà ce qui est arrivé à Jephté !
Et Jephté vint à Mitspa dans sa maison
et voici que sa fille sortit à sa rencontre avec des tambourins et des danses.
Et elle était seule, unique :
il n’avait à part elle ni fils, ni filles.

Juges 11, 34

Jephté comprit ce qu’il avait fait :

…car j’ai ouvert ma bouche à L’Éternel et je ne puis revenir en arrière !
Juges 11, 35

Juges 11, 39 dit :

elle revint vers son père (Jephté)
qui accomplit à son égard le vœu qu’il avait voué.

Qu’avait-il promis ?

  Je  l’offrirai en holocauste…

Juges 11, 31
Nous ne sommes pas ici pour justifier ou pour condamner Jephté : cela appartient à Dieu ! Nous essayons seulement de vous montrer qu’un voeu fait à Dieu est quelque chose de très sérieux.

Souvenez-nous en !

Mieux vaut que tu ne fasses point de voeu
que d’en faire un et de ne pas l’accomplir !

Ecclésiaste 5, 5
Nous ne  connaissons pas d’autre endroit dans l’Écriture où il a été question d’un holocauste humain, mais il a pu y en avoir un ici parce qu’un homme a compris le sérieux d’un vœu.
…car j’ai ouvert ma bouche à L’Éternel et je ne puis revenir en arrière !
Juges 11, 35
Certains diront qu’il n’était pas possible qu’il fût demandé à Jephté d’offrir réellement en holocauste un être humain.Ils pensent que cela signifie que sa fille aurait été consacrée pour la vie au service du Temple, puisqu’elle était sa fille unique et que l’impossibilité pour elle de se marier serait le châtiment ; ainsi il n’aurait pas de petits enfants.

Le véritable sens de ses paroles n’est cependant pas ici l’essentiel. Ce qui était folie de sa part, c’est d’avoir fait un tel vœu.

On pouvait dire de Jephté ce que Salomon a dit en Proverbes 6, 2 :

Tu es enlacé dans les paroles de ta bouche, tu es pris dans les paroles de ta bouche.
Quand il réalise à la fin le prix effrayant qui est à payer, il est écrasé. Malgré son agonie et sa douleur, il accomplit le vœu. Il savait qu’un vœu fait à Dieu quel qu’il soit ne peut être annulé !
Avez-vous quelques fois été enlacé « par les paroles de votre bouche » ?
Quand vous en avez mesuré le coût,
avez-vous décidé de l’oublier ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article