La Tradition Hébraïque 1

Publié le

La tradition hébraïque reflète fidèlement la tradition biblique. Nous nous appuierons ultérieurement sur les textes bibliques correspondants.
 

PREMIÈRE ÉTAPE : LES FIANÇAILLES

Les fiançailles se disent en hébreu, Erusin ou Kiddushin
Quand un jeune homme désirait se marier avec une jeune fille, il préparait un document ou un contrat d'alliance, à présenter à sa bien-aimée et au père de celle-çi.
Il allait dans la maison paternelle de la jeune-fille présenter au père ce contrat écrit, appelé Ketuvah. Ce document montrait sa bonne volonté à pourvoir aux besoins de sa future jeune femme et déclinait les termes du contrat par lequel il s'engageait par mariage avec elle.

 

1. La Dot ou Mohar :
La partie essentielle de ce contrat consistait dans le prix - Mohar - que le jeune homme était prêt à payer pour avoir le droit d'épouser la jeune fille. Il entrait donc en négociation avec le père de celle-ci.
  • La Dot était payée au père de la jeune femme, en échange de sa permission de l'épouser.
Les fils étaient considérés à la naissance comme ayant plus de "valeur" que les filles car ils étaient physiquement capables de travaux plus lourds. Cependant, le prix d'une fille était en général fort élevé. Le prix de la Dot représentait en fait, pour la famille de la jeune fille, une compensation  des coûts de son éducation.
  • La Dot ou Mohar démontrait l'amour d'un jeune homme vis-à-vis de sa bien-aimée.
Le jeune-homme allait donc dans la maison de la jeune-fille, avec le contrat - Ketuvah - préparé, et il rencontrait le père (les parents) de la jeune-fille.
 
2. La contrat de Mariage ou Ketuvah :
Le contrat est donc négocié et conclu entre les deux parties, maintenant et non pas au moment des noces.
C'est un contrat écrit : Ketuvah signifie en hébreu, "ce qui est écrit".
Il détaille les obligations et les conditions du Mariage et il sera lu à la future fiancée avant qu'elle ne donne son consentement à son futur fiancé.

 
3. La Coupe de l'Alliance:
Lorsque le père de la jeune-fille et le jeune-homme sont tombés d'accord sur les termes du contrat, ils partagent le vin préparé à cette occasion.  La jeune-fille est appelée ensuite.
Les termes de ce contrat de mariage sont lus et détaillés devant elle, qui pour l'instant, reste dans le silence. Ensuite, le jeune homme lui verse une coupe de vin.

Elle doit prendre tout son temps pour la boire... et réfléchir, peut-être encore. C'est  l'occasion pour elle d'évaluer et de jauger son futur qu'elle ne reverra plus pendant une ou deux années !! Lorsqu'elle a fini de boire, et vidé la coupe jusqu'à la dernière goutte (!) - elle peut signifier son consentement.
Le contrat est signé par les deux parties (le père et le jeune homme) ainsi que par les deux témoins et la jeune fille confirme ALORS oralement son consentement, puis signe de sa  propre main.

 

4. Les cadeaux pour l'épouse :
Le futur époux a apporté des cadeaux choisis pour sa future épouse et il va les lui offrir.
Ceux-ci vont attester
- de son amour pour elle,
- de la valeur qu'elle a ses yeux
- et l'aideront à se souvenir de lui pendant le long temps de fiançailles.
 
 
5. Le voile de la fiancée :
À partir du moment où le Mohar a été accepté par le père de la jeune-fille et qu'elle-même a donné son consentement, la jeune-fille est déclarée "sanctifiée", c'est-à-dire, réputée "mise à part" exclusivement pour son fiancé.
Elle-même va immédiatement l'attester en se voilant, afin que tout le monde sache qu'elle est réservée pour son bien-aimé.


 
6. La préparation de l'épouse :
  • La jeune-fille va se préparer et s'occuper des soins de beauté de son corps. Elle va acheter des cosmétiques en général très chers, pour se faire encore plus belle et elle va apprendre à les employer en vue de son mariage.
  • Elle va aussi prendre ce temps à préparer son trousseau de mariage.
  • Elle a une lampe qui lui est personnelle et qu'elle va laisser allumée, spécialement vers la fin de l'année de fiançailles, car elle ne sait pas exactement quand son époux va venir l'enlever ; elle a donc une réserve d'huile.
 
7. Les occupations de l'époux :
Après le Shitre Erusin, l'époux repart, retourne dans la maison de son père pour préparer la chambre nuptiale, le Cheder Yichud.
Le temps de la mise à part de sa future épouse est rempli pour le futur époux, par la construction des appartements nuptiaux, dans la maison de son père.
Le père du jeune homme vérifie régulièrement les travaux et lorsqu'il estime le travail  parfait,  il peut donner l'autorisation à son fils d'aller chercher sa bien-aimée.
Le jeune-homme constuit aussi, en même temps, sa future maison personnelle.


 

À suivre...
Pour l'approfondissement de ces notions !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article